Ma vie soenienne

Le 2 janvier 2018, je migrais chez WordPress après trop d’ennuis sur Canalblog.
Voilà le temps d’ouvrir un blog bis, Ma vie soenienne2, mon espace photos étant saturé.
Pour revenir dans mon autre monde soénien
CLIC

"Les amis sont des compagnons de voyage qui nous aident à avancer sur le chemin d'une vie plus heureuse." Pythagore

Tag « je suis bibliothécaire », mon rêve quoi !

clic

Cécile a trouvé ce Tag chez Coeur d’encre 595, cette fois, je me glisse dans la peau d’une bibliothécaire.
Pas besoin d’avoir les connaissances requises au concours, juste d’un peu d’imagination.
Pas de restrictions de budget ni de nécessité réaliste, dites ce qui vous passe par la tête !
Une seule consigne, soyez inventifs ! 

PatiVore dirait plutôt « Médiathécaire » hein 😉
J’ai effacé, sans les relire, les réponses de Cécile C pour ne pas être influencée

Quelle est la chose la plus importante selon vous dans votre bibliothèque ? (le rangement, la lumière, la fontaine à chocolat chaud planquée sous votre bureau ?) 
Evidemment le rangement ! Voir réponse ci-dessous
Et aussi des embouts aux pieds de toutes les chaises super caoutchoutés pour éviter ces bruits incessants qui déconcentrent et tapent sur les nerfs.

Comment rangeriez-vous les livres ?
C’est une vieille déformation professionnelle ! J’ai appris à l’école, les règles du classement. Le classement alphabétique par auteurs me paraît le meilleur pour retrouver les livres rangés à la queue leu leu.
Avec les nouvelles technologies, tout est devenu plus facile. Y’a des logiciels pour tout, partout 😆

Décrivez un peu la décoration (chaînes au plafond, licornes qui broutent la moquette ?)
Rien de tout ça. Du sobre, du clair, un peu de verdure, des fauteuils confortables, de grandes baies vitrées et tous les espaces insonorisés. Pas question que l’attention soit détournée de la lecture !

Quels sont vos horaires d’ouverture ?
Une grande amplitude et 7 jours sur 7. Quand on travaille, il faut pouvoir s’y rendre soit de bonne heure le matin, soit tard le soir et surtout le weekend. Les petites mamies désœuvrées le dimanche sauraient quoi faire et où aller ! Des nocturnes me paraissent même essentielles car tout l’monde n’a pas des horaires de fonctionnaires 😈

Quel serait votre rayonnage préféré, et comment le mettriez-vous en valeur ? (spots lumineux, promo du style un livre emprunté le deuxième offert ?) 
Sans aucun doute, les romans français, la poésie, avec un coin littérature étrangère, un autre pour les polars, que du classique, en fait. Il faut proposer mais pas imposer. Quelques indices, des petites fiches discrètes pour suggérer telle ou telle lecture, les nouveautés.
Ah ! j’oubliais, des rayons pour les livres qui ne sont pas publiés. En enlevant tous les livres sans intérêt, ça ferait drôlement de la place 🙄

Citez une chose que toutes les autres bibliothèques n’auraient pas, parce que la vôtre est la meilleure de tout le monde de l’univers.
Un patio, tiens, pourquoi pas. Un jardin intérieur, ombragé et fleuri, gazonné où on pourrait manger un sandwich à l’heure de la pause déjeuner et des transats confortables pour y faire la sieste.

Quelle punition réservez-vous à ceux qui ne rangent pas correctement les livres et mettent le bazar sur vos belles étagères ?
Alors là, je n’y pense même pas ! Ce serait l’exclusion manu militari

Quel est le prix à payer pour un livre rendu en retard ?
Là, je serais assez conciliante. Le fait de penser à rendre le livre à la date me stresse d’avance. Et si on lit doucement et si on n’est pas dispo et si la biblio est fermée, on fait quoi ?

Tant qu’on y est, parce que vous ne vous refusez rien, votre bibliothèque a un blason et une devise : quels sont-ils ? 
Pour le blason, aucune idée. Pour la devise : « pour être heureux, lisez ! »

Quel est votre catégorie de lecteurs préférée ?
Les gens discrets, silencieux, polis, aimables, qui respectent les autres lecteurs.

Le silence est-il d’or, ou bien y a-t-il une musique d’ambiance ?
Le silence est d’or, évidemment ! Ou bien, il faudrait fournir des casques à ceux qui le désirent pour qu’ils puissent écouter un peu de musique, sans gêner les autres.

Pour faire honneur à votre profession, avez-vous un uniforme ? Si oui, comment est-il ?
Oui, oui, je suis pour l’uniforme. Sobre, élégant et confortable. Marine, de préférence. Une biblio c’est un peu comme un gros bateau, il faut que l’équipage soit identifiable 😆

Vous allez faire une exposition des livres que vous possédez : quel en sera le sujet, et comment sera-t-elle organisée ?
Comme j’suis à cheval sur l’ordre et la méthode, j’envisagerai un parcours à sens unique pour éviter le désordre. Pour le sujet, il faut que j’y rumine encore un peu…

ATTENTION ! Catastrophe ambulante, le cauchemar de votre havre de paix : des enfants turbulents. Comment réagissez-vous ?
Catastrophe, en effet ! Je m’inspirerai du Grand Suédois et installerai un immense « parc » à jeux pour les bambins pour leur éviter de s’ennuyer et de brailler et des ateliers de lecture et d’écriture pour les ados, ce qui leur fera le plus grand bien.

Vous devez faire de la pub pour votre bibliothèque pour attirer du monde, que faites-vous ? 
Je fais déambuler une armée d’hommes sandwichs dans le quartier, les jours de marché.

Acceptez-vous la diversité d’opinions littéraires, ou telle une parfaite dictature, régnez-vous en maître sur l’esprit de vos sujets abonnés ? 
Après plusieurs années assidues dans un Club de Lecture, j’accepterai les opinions diverses, même si je pense le contraire de ce qui se dit.

N’importe qui dirait que vous travaillez assidûment sur votre ordinateur, lunettes sur le nez et souris en main. En réalité, est-ce le cas ? 
Cette attitude est en fait un excellent moyen d’avoir la paix ! Passer mon temps à répondre à des questions sans intérêt m’insupporterait.

Le droit de cuissage livresque : lisez-vous vos nouvelles acquisitions avant tout le monde quitte à les mettre en retard sur le rayon, ou acceptez-vous que vos lecteurs se l’arrachent avant vous ?
Lire toutes les nouvelles acquisitions ? J’y pense même pas, vu la lenteur de mes lectures, même si je fais un stage de lecture rapide. Alors, je les laisse lire pourvu qu’ils me fichent la paix 🙄

C’est l’heure du conte : comment allez-vous l’organiser ?
Une soirée tranquille, « studieuse », avec un public attentif, ce serait parfait. Ou bien, un dimanche après-midi, quand les maris sont dispos pour garder les mômes, ferait l’affaire.
Pas d’échanges verbaux, juste de l’écoute. Et pour l’occasion, je n’hésiterais pas à trouver une ou un conteur qui saura mettre le ton juste pour animer cette lecture.

Vous allez faire intervenir un auteur : qui, pourquoi, dédicaces autorisées ?
Qui ? Michel Bussi
Pourquoi ? parce que c’est mon auteur favori
Oui, bien sûr, il pourra dédicacer ses livres, c’est même recommandé, un livre dédicacé est un vrai trésor.

Voici le couronnement de votre carrière, la réalisation de votre Grande Œuvre : vous avez publié un livre. Que deviendra-t-il dans votre bibliothèque ?
Ben, quelle drôle de question ! Il sera partout, partout, partout !

A toi de jouer, si tu le souhaites 😉

Deux un en le samedi

Pour le Projet Photo de Ma’ sur le thème
Fleuri
clic

J’ai passé un temps fou pour choisir ma photo du jour ! J’aurais même pu éditer mon bouquet de pivoines offert, mardi, par ma gentille voisine de palier…

Lors d’une rando à Chaponost, j’avais trouvé l’attention touchante
une « bonne âme » avait fleuri la Vierge

Pour les 24 Heures Photo de Patricia

clic


La fin de l’année scolaire approche déjà. En allant à mon déjeuner d’anniversaire, l’école avait étendu les œuvres des petits élèves. Sous le soleil, la place était toute fleurie

RV Reflets

C’est Annie la meneuse du jeu clic
c’est elle qui fixe la date de ce rendez-vous mensuel !

Comme c’est « mon » mois, je m’ad mire 😆

L’été, j’aime aller admirer l’énorme Victoria d’Amazonie et je me mire à l’extérieur de la serre 😆

Les Encours du 10 avec PassiFlore

clic

Ce 10 de Mai est pour moi le jour le plus important depuis… septante trois ans 😆 Enfin, pas encore, il me faudra attendre 21 heures pour avoir un an de plus ! Avec l’accent du Midi, on dit soixante et treize, hein ! Ce chiffre devrait me porter chance. J’y crois.

Avant d’aller fêter ça sur la belle terrasse de mon Amie Marie-CloClo, je dois penser à mes Encours du mois et racler tous mes fonds de tiroirs car j’ai été plutôt cigale ces dernières semaines. La faute à qui donc, cette fois, Soène ? La faute à la météo, bien sûr, plutôt clémente et qui m’a poussée dehors plus souvent 😉
En relisant ce billet, je constate qu’il y a encore beaucoup de blablabla et je vous remercie pour votre patience 😍

Citation :
« Ne craignez pas d’avancer lentement, craignez seulement de rester sur place. »
Sagesse chinoise

Lecture :
Ouf ! J’ai fini La papeterie Tsubaki mais je me suis beaucoup ennuyée. Pourtant, dans la vitrine de la seule librairie d’O. j’ai vu ce roman et sa fiche. Enfin, un bon point, l’histoire finit bien !

Après mon coup de coeur pour le conte tout mignon de Maxence Fermine, Neige, je m’étais précipitée sur le site de l’ami Momox pour acheter d’autres pépites.
Sa trilogie de La petite marchande de rêves (avec La poupée de porcelaine et La fée des glaces), réunie dans un seul recueil, m’a vraiment ennuyée, après un effort pour la lecture des 100 premières pages. Ces contes sont à lire aux tout petits 🙄 Donc encore un livre abandonné…
Opium, du même auteur, a été un p’tit coup de cœur. C’est l’histoire de Charles Stowe, aventurier du thé, qui faillit perdre son âme pour percer le mystère de la route du thé.
« … Son long voyage sur un fleuve interdit l’avait conduit de la douceur verte du thé à la noirceur de l’opium. Et lui avait fait comprendre que la vie est un opium dont on ne se lasse jamais. » Fin
En avant de la première page du roman, Maxence Fermine a choisi un court extrait des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire :

« L’opium agrandit ce qui n’ai pas de bornes
Allonge l’illimité
Approfondit le temps, creuse la volupté
Et de plaisirs noirs et mornes
Remplit l’âme au-delà de sa capacité. »

Je suis en cours de lecture du Palais des Ombres -toujours du même auteur- qui, je le sens, va me tenir en haleine, le début est prometteur.

J’ai lu aussi, le sourire aux lèvres, Une heure, une vie de Jeanne Benameur dont j’aime beaucoup l’écriture.
Aurélie, une ado, subit le divorce « tranquille » de ses parents. Tout se passe pour le mieux, ce qu’elle ne comprend pas. Alors, quand elle prend le train durant une heure pour aller chez son père, certains week-ends, elle s’invente une vie « tragique », toujours différente, et raconte des mensonges en pleurant à chaudes larmes, aux voyageurs assis en face d’elle, dans son compartiment. Jusqu’au jour où… A lire !
C’est drôle et léger. Si tous les enfants de parents divorcés pouvaient affronter ainsi la séparation de leurs parents, la vie serait belle 😉

J’avais fait l’impasse sur Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu, le Goncourt 2018, et les échanges littéraires du Club de Lecture d’hier, m’ont encore plus persuadée de ne pas y mettre le nez dedans 🙄

Poésie :
L’Aminaute Jean-Pierre, qui aime tant les roses, aime aussi l’Art postal et la Poésie. Autour de René Char était le thème de son mel Art. On joue ensemble avec Danièle et Céline.

Pardon pour la qualité de la photo mais je vous avoue que je viens juste de terminer mon billet

Tricot :
Encore un même modèle, à rayures ! Facile à réaliser, comme j’aime 😆 égayé par de jolis boutons choisis par mon Amie Gene

Un autre petit gilet qui va partir à l’assemblage et son bonnet assorti. Photo le 10 juin, si tout va bien. Mais juin c’est le mois à Gene et chaque année, pour son « 13 », elle s’envole 😆
En vitesse, une petite brassière blanche -et son bonnet !- pour une petite fille impatiente de découvrir la vraie vie, avant l’heure ; son histoire me touche infiniment.

Activités :
Activités un peu chamboulées par ma contamination et mon projet cuisine 🙄
Une rando picnic à Charly, une balade au Parc de la Tête d’Or, des sorties en presqu’île, une visite à l’iriseraie du Parc Chabrières, sinon rien à part le train train quotidien, mais j’aime bien ; ça me va de rester tranquille à la maison les après-midis 😆
Et aussi une première terrasse au resto, Chez Mounier, un p’tit bouchon rue de la rue des Marronniers. J’adore ! Plat du jour-dessert à un prix plus que correct et je me suis régalée -tranches généreuses de cervelas lyonnais/pommes de terre/salade et un 1/2 St-Marcelin de la Mère Richard- avec du « bon » pain et un pot de Rouge, m’en faut pas plus pour être heureuse 😆
Lyon retrouve enfin les touristes, ça donne une ambiance de vacances. Pas la peine d’aller loin pour être dépaysée.
Un peu de shopping, quelques emplettes de Printemps et une coupe de cheveux plus que nécessaire.
La course à l’huile m’a bien occupée aussi ! Résultat, 1 litre 1/2 d’huile Isio 4 et 1 litre d’huile de Tournesol, à l’arrache, il en restait deux bouteilles sur le rayon et Youpi, j’en ai eu une !
Prochaine mission, un pot ou deux de moutarde. J’vous jure, quelle époque, comme disait ma mémé.
Un p’tit tour dans les boîtes et valises pour retrouver les tenues d’été. Aïe, va falloir investir, les coutures ont un peu réduit… ou j’ai un peu forci 😥

Et puis et puis l’Art postal ! Quelle belle aventure 😉
Il a fallu me presser pour faire mes 3 envois avant la fin avril. Pour un début, c’est pas terrible, en collage, coloriage et peinture. Il me reste à faire un 4e envoi pour remercier Paco de son « chat-Michelin », le temps de trouver l’inspiration et hop hop hop, je pourrai me préparer -sereinement- pour la 2e étape de ce Challenge coaché par Danièle, la Casa Photo.

Bricolage :
J’ai repiqué dans un pot, sur les conseils de Marie-CloClo, ma mini plante grasse qui a l’air de s’y plaire. @ suivre
En allant à O. je surveille le « chantier » du compostage collectif citoyen de ma résidence. Y’a même une chaise pour se reposer ! Autour des containers, quelques plantations et des fleurettes. C’est sympa mais faut pas compter sur moi pour aller remuer les vers de terre 🙄

Rendez-vous pour les Encours du 10 juin
En attendant, portez-vous bien

Deux en un le samedi

Pour le Projet Photo de Ma’ sur le thème
Forme géométrique
clic

Immédiatement, l’image du Musée des Confluences s’est imposé. Ce « nuage de cristal » posé entre Rhône et Saône, abrite un musée d’histoire naturelle, d’anthropologie, des sociétés et des civilisations clic

On aime ou pas. Mais il faut bien reconnaître la performance architecturale de son créateur, l’Autrichien Wolf Dieter Prix.

Je ne suis pas un rat de musée ! Et si je trouve l’intérieur mastoc et froid, j’aime cet édifice de l’extérieur, me promener dans son jardin et flâner dans sa boutique 😆

Pour les 24 Heures Photo de Patricia

clic

La Fête annuelle de l’Iris a lieu ce week-end. Alors, dimanche (1er mai) après mes emplettes à Monop’ -si le magasin était ouvert toute la journée !- j’ai été voir si les iris étaient déjà fleuris. Certains attendent encore une semaine, mais d’autres, plus pressés, montraient leurs beautés colorées, rose, mauve, jaune, bleu, ocre, violet, panachés : toujours le même régal pour les yeux 😆
Comme la terre est sèche…

L’iriseraie était déserte, le soleil brillait, le silence régnait, un premier petit bonheur pour mon mois de mai

Tag Tricot

L’Amie Chantal a pensé à moi en proposant un Tag Tricotage qui me plaît forcément 😆 clic

Un petit Tag, mon amie Soène aime bien ce genre de jeu et celui-là devrait lui plaire ! 

1/ combien de temps passes-tu à tricoter tous les jours ? 
Ca dépend des jours et de mes envies. J’aime bien tricoter en regardant la télé, j’ai moins l’impression de perdre mon temps

2/ quelle laine préfères-tu ? 
Contrairement à Chantal, une laine pas trop fine, ça « monte » plus vite ! De l’acrylique plutôt, pour les petits des Restos du Coeur c’est mieux

3/Avec quelles aiguilles tricotes-tu ? 
J’ai un stock d’aiguilles ! Je prends toujours des aiguilles un peu plus grosses car j’ai tendance à tricoter serré. Le 4 et le 5 me vont bien.

4/Actuellement, combien de pelotes compte ton stock de pelotes ? 
Ben moi qui me croyais riche avec ma grande boîte Ikéa 🙄
Allez, à vue de nez, je dirai une bonne trentaine de pelotes de 100 gr. Ca compte double ?

5/Quelles est ta marque de laine préférée ? Peut être plusieurs ? 
Moi non plus, j’fais pas la fine bouche ! Avant, j’achetais de la laine Phildar ou Bergère de France, ou de luxe Anny Blatt, mais ça c’était avant, bien avant ! Maintenant je me sers chez Action, chez Toto ou sur le marché, des laines à bon prix.

6/As-tu créé tes propres patrons ?
Tu rigoles ! J’achète quand même des livres de tricots chez Phildar et je fais de l’à peu près vu que la grosseur de ma laine et de mes aiguilles ne correspond au modèle. Donc si je choisis un modèle 6 mois, à la fin, ça fait un tricot pour 1 an. Je ne me prends pas la tête à faire une règle de trois ni un échantillon 😆

7/Quel est le pire selon toi ? Un fil qui se dédouble ou se rendre compte que tu as fait une erreur dans ton tricot 20 rangs plus bas ? 
Sans hésiter, comme Chantal, l’erreur ! Mais faire et défaire c’est toujours travailler, hein !
Ceci dit, je me trompe de plus en plus souvent… Heureusement que mon Amie Gene est là pour remettre de l’ordre à l’assemblage.

8/Avec quel fil tricotes tu en ce moment ?
Je ne tricote jamais du coton, uniquement de la laine. J’aime bien les pelotes de chez Action à 0,99 € la pelote de 100 gr. Ce sont les boutons qui coûtent le plus cher. Et là encore, Merci Gene, fournisseur officiel des boutons !

9/Quelle marque aimerais tu tester ? 
Aucune idée 🙄 Aucune en particulier. Faut que j’en parle à GiGi et Gene, elles consomment beaucoup de belles laines, elles. Sauf que comme je ne tricote plus de « grosses pièces » et plus pour moi, je ne vois pas l’intérêt de mettre une fortune dans des pelotes de laine 🙄

10/Que penses tu du tricot, en fait ? 
J’adore. Depuis toute petite, j’ai eu des aiguilles entre les mains car ma mère et sa mère tricotaient aussi. Par contre, j’sais pas trop couturer. On dit que quand on tricote, on ne coud pas et inversement. Vous y croyez ?

Ce tag est issu du kit tag fait par le blog « coboutdufil » que Chantal a un peu mis à sa sauce… 

Hé Ho les Aminautes tricoteuses, vous allez me suivre pour faire plaisir à Chantal ?
Je compte sur vous 😉

Challenge « Textes courts » chez Lydia

clic

Catégorie : Roman
Nom de l’auteur : Philippe Claudel
Titre : Le Café de l’Excelsior – Le livre de Poche
Nombre de pages : 84 pages

4e de couverture :
Viens donc Jules, disait au bout d’un moment un buveur raisonnable, ne réveille pas les morts, ils ont bien trop de choses à faire, sers-nous donc une tournée…
Et Grand-Père quittait son piédestal, un peu tremblant, emporté sans doute par le souvenir de cette femme qu’il avait si peu connue, si peu étreinte, et dont la photographie jaunissait au-dessus d’un globe de verre enfermant une natte de cheveux tressés qui avaient été les siens, et quelques pétales de roses à demi tombés en poussière. Il saisissait une bouteille, prenait son vieux torchon à carreaux écossais et, lent comme une peine jamais surmontée, allait remplir les verres des clients.

Même si je rechigne à lire enfin Les Ames grises, j’apprécie cet auteur. Le Café de l’Excelsior m’est tombé dans les mains encore par hasard.
J’ai apprécié cette lecture triste et douce à la fois. Une histoire racontée par le petit-fils, devenu un homme, qui revient au Café dont il a hérité après la mort de son grand-père. Il y avait vécu quelques années, après la mort de ses parents, jusqu’au jour où les services sociaux l’arrachent de ce lieu délicieux mais inconvenant pour un enfant. Avant d’oser mettre la grande clé dans la serrure, il revit tous les moments heureux vécus dans cette endroit.

« … Grand-père était pauvre de trop boire. Il aimait son métier qu’il pratiquait comme un art. Et comme pour tout art, même si l’artiste possède des dons insolents déposés au berceau par quelque fée prévoyante, il lui convient de les entretenir en se livrant à la plus austères des disciplines : Grand-père ne faillissait pas à cette règle et chaque jour faisait ses gammes dès le petit-déjeuner ; assis en face de lui, mes jambes ne touchaient pas le sol en planches, et je le regardais tremper ses tartines dans un bol de muscadet tendis que sur mes lèvres un café noir très fort dessinait les échancrures de petits nuages amers.
Ainsi Grand-père, chaque jour, et du matin au soir, buvait-il sa fortune avec la plus lucides des félicités… »